Les 9 points pour devenir un bon manager

Les 9 points pour devenir un bon manager

Chaque entrepreneur la sait, le métier de chef d’entreprise oblige d’être agile et de s’adapter à de multiples situations. En parallèle, le chef d’entreprise doit jongler avec toutes ses fonctions :

  • Commercial
  • Production
  • Marketing
  • Gestion
  • Organisation
  • Ect…

Aujourd’hui nous avons choisi de nous intéresser aux compétences nécessaires pour devenir un bon manager. La gestion des Hommes est une caractéristique essentiel à tout bon chef d’entreprise, de 1 à plusieurs milliers d’employés. Quelles sont les qualités et les compétences requises pour assumer pleinement cette fonction ? Comment se démarquer des autres et garantir l’efficacité de votre entreprise ? Voici nos 9 conseils.

1. L’organisation : une qualité importante

Être un bon manager doit obligatoirement structurer son travail pour savoir où il en est. Ce processus consiste à réfléchir et à formaliser le poste de tous ses collaborateurs, il doit savoir pourquoi et comment recruter du personnel si besoin est. Afin de définir la fonction de ses collaborateurs, le manager doit se poser quelques questions :

  • Qui fait quoi ?
  • Qui fera quoi à moyen terme ?
  • Qui pourrait évoluer pour assumer de nouvelles fonctions ?

Pour cela il se dirigera vers la fiche de poste, ce support lui permettra de se rendre compte plus facilement et rapidement de la performance des salariés dans les tâches que ces derniers réalisent ou doivent effectuer. Son rôle passe également par la planification de la réalisation des tâches à court, moyen et long terme, cela sous forme de plannings tout en impliquant les collaborateurs concernés. Il pourra ainsi observer si les objectifs fixés par la direction sont atteints ou non.

2. La phase de recrutement : une étape clé dans la relation de travail

Cette étape est très importante pour une entreprise quand on sait qu’un mauvais recrutement coûte très cher à l’entreprise d’accueil (la perte peut se chiffrer en dizaine de milliers d’euros pour un recrutement loupé). Un bon manager se doit d’avoir réfléchis en amont aux qualités et profil du candidat idéal pour le poste à pourvoir aussi bien en interne qu’en externe. Le choix du nouveau collaborateur doit se faire de manière structurée, intelligente et surtout objective. C’est sur ce dernier point qu’un bon manager peut se distinguer de ses confrères, il arrive rapidement à repérer les points forts et les éléments que ce candidat pourrait apporter à l’entreprise. Dans ce processus de sélection il n‘est clairement pas question de parler de « piston », ce n’est pas parce que le candidat qui se présente est le fils de votre voisin qu’il doit avoir plus de chance d’obtenir le poste que tout autre candidat.

3. L’intégration : une première approche de l’entreprise

A l’arrivée d’un nouveau collaborateur, certaines personnes pourraient ne pas l’accueillir d’une façon correcte. Un manager compétent doit se soucier de cet accueil, c’est effectivement la première marque indélébile chez le nouvel employé. Le manager se doit de lui faire passer des messages sur le fonctionnement de l’entreprise, les attentes formulées pour son poste, créer une certaine motivation, mais ce dernier doit surtout inculquer au nouvel arrivant les valeurs chères de l’entreprise. Il doit donner au nouveau collaborateur une véritable envie d’adhésion au groupe et le souhait de se surpasser dans son travail. Pour cela le manager devra lui montrer qu’une bonne ambiance se dégage de la société et qu’avant tout l’entreprise lui fait confiance.

4. Les attentes : un passage essentiel à la relation de travail

Un salarié peut débarquer dans l’entreprise en ayant un rythme de travail satisfaisant, si ce n’est pas le cas, le manager se doit d’exposer clairement au nouvel employé les objectifs attendus pour son poste. Être un bon manager c’est avant tout présenter ses attentes de manière claire et précise en utilisant des chiffres ou des plannings par exemple. Ce dernier doit mener son équipe vers la voie de la productivité et de l’efficacité. Cependant, les salariés seront plus à même de donner le meilleur d’eux-mêmes si leur manager les félicite et les encourage. Une attitude trop autoritaire où le manager ne retiendrait que les échecs de réalisation est bel et bien à proscrire !

5. L’exécution : un élément à ne surtout pas négliger

Un bon manager se doit de s’assurer que le salarié réalise les tâches pour lesquelles il a été engagé. Si le travail réalisé par le manager (l’ensemble des étapes présentées précédemment) a été réussi, c’est dans cette phase d’exécution que le salarié montrera toute son efficacité et se révélera en tant qu’élément moteur de l’entreprise. Le salarié effectue enfin le travail pour lequel il a été préalablement embauché, c’est donc à ce moment présent qu’il doit donner le meilleur de lui-même afin d’atteindre les objectifs présentés par le manager.

6. Le suivi : l’indispensable du manager

Dès le commencement du travail du nouveau salarié, le manager, s’il est compétent, devra observer et analyser ses réalisations. Le manager doit essayer de mesurer l’apport de ce nouveau collaborateur à l’entreprise dès ses premières heures de travail. Cela dans le but de s’assurer que le recrutement a été efficace et stratégique. Un bon manager récolte des informations sur le nouveau membres de son équipe, repère ses éventuelles faiblesses ou bien les domaines dans lesquels il semble à l’aise. Afin de regrouper ces informations, le manager peut constituer des dossiers sur ses collaborateurs, enfin sur leur manière de travailler afin d’optimiser par la suite le circuit de production. Les documents du manager ne doivent surtout pas être communiqués mais seulement être utilisés à bon escient et de façon personnelle afin d’accompagner au mieux les employés.

Respecter le code du travail

7. L’évaluation : oui mais objective

La phase d’évaluation est cruciale et est directement liée à l’étape du suivi. Dans cette phase, un manager compétent est à l’écoute du salarié, il doit comprendre les attentes de ce dernier. L’employé peut formuler des attentes au niveau de l’ambiance de travail, de l’entreprise ou de la charge de travail. Le rôle du manager est très important puisque c’est lui qui doit se rendre disponible pour son collaborateur. Le manager se doit de faire le point avec le salarié sur ses difficultés, son rythme de travail ou autre. De plus, le manager doit obligatoirement être au courant des problèmes ou conflits qui peuvent survenir entre des collaborateurs, il est de son ressort de régler ces tensions et de trouver des solutions adaptées à la situation. Aussi, le manager contrôle le travail de son collaborateur, si ses réalisations conviennent à l’entreprise et aux objectifs formulés à son égard.

8. L’amélioration : axe à ne pas oublier

C’est au manager que revient la tâche de trouver des solutions pour améliorer les conditions techniques, relationnelles ou motivationnelles par exemple. Un bon manager a dressé un portrait de ses collaborateurs, est à l’écoute de ces derniers et contrôle leur travail ainsi que leur motivation ou réclamation, dans ce sens, il possède toutes les clés pour trouver des éléments pouvant optimiser ces conditions.

9. Le départ : la fin de la relation de travail dans les règles

Le manager se doit d’accompagner le salarié souhaitant quitter la fonction pour laquelle il a été recruté. Les motifs pouvant pousser un employé à partir d’une entreprise ou démissionner de son poste sont diverses et si le manager a été compétent, l’entreprise n’en est pas la cause principale. Cela peut toujours arriver que l’entreprise ou l’employé lui-même se rendent compte que le poste de convient finalement pas.