Vous avez un projet de reprise d’entreprise ? Qu’il s’agisse de votre première fois ou non, il s’agit d’un moment important de votre vie d’entrepreneur et il est important de prendre les précautions nécessaires avant de vous lancer. La réussite de vos projets passe bien souvent par un bon accompagnement avant, pendant et après la reprise d’une entreprise. Entourez-vous de professionnels tels qu’un avocat, un expert comptable, un assureur… pour éviter de commettre les erreurs les plus fréquentes.

 

Comment reprendre une entreprise ?

Selon une étude menée par BPCE, en France, chaque année près de 200000 entreprises seraient prêtes à passer la main à un repreneur pour donner un nouvel élan de croissance ou simplement pour pallier un départ à la retraite.

Mais attention, il ne s’agit d’un choix à prendre à la légère. Entre l’idée de reprendre une entreprise et le changement effectif de direction, vous devez suivre un ensemble d’étapes intermédiaires. La reprise d’entreprise s’assimile parfois au parcours du créateur d’entreprise.

Pour mener votre projet à la réussite, nous vous conseillons de suivre les étapes suivantes :

 

  1. Prenez le temps de la réflexion

Comme nous venons de l’expliquer, la reprise d’une entreprise n’est pas un acte anodin, alors assurez-vous de faire le bon choix. Avec des milliers d’entreprises à reprendre chaque année, inutile de se précipiter sur la première venue. Nous voyons encore trop d’entrepreneurs aveuglés par la volonté de reprendre une entreprise qu’ils ne regardent ni à la dépense ni à fiabilité de leur projet… Posez-vous simplement la question de savoir ce que vous voulez réellement. Par la suite vous trouverez facilement une entreprise qui correspond à vos envies.

Evidemment que vous êtes libre de choisir le type d’entreprise que vous souhaitez, mais par expérience, il est plus pertinent de vos focaliser sur un secteur d’activité que vous connaissez. D’une part vous en avez certainement les compétences et d’autre part vous avez le réseau qui va avec et qui vous aidera à démarrer.

 

  1. Passez à la sélection

Maintenant que vous avez défini vos motivations de reprise, que vous avez ciblé un secteur, une typologie d’entreprise, ect… il vous faut choisir la pépite qui comblera votre projet de reprise. Si vous n’êtes pas à votre coup d’essai tant mieux, mais s’il s’agit de votre premier rachat d’entreprise, vous pourrez être confronté à certaines difficultés. Préparez-vous pour plusieurs mois de prospection avant de trouver la bonne entreprise. Lorsque vous avez un projet de reprise, vous devez être patient. Certains entrepreneurs mettent parfois plusieurs années avant de faire une offre de rachat.

Il est important de vous entourer des bonnes personnes capables de bien vous orienter vers de potentiels vendeurs qui correspondent à vos attentes. Encore une fois les professionnels les mieux placés sont les experts comptables et les avocats qui connaissent la situation des entreprises et qui sont les intermédiaires parfaits dans ce genre de situation. Evidemment il faut aussi faire jouer votre réseau et activer toutes vos connaissances qui peuvent vous renseigner sur d’éventuelles opportunités.

Une fois que vous avez une sélection de dossiers intéressante, il est préférable de les faire analyser pour juger de leur pertinence. Par exemple, chez AFEX, nos experts comptables sont là pour vous aider dans ce processus.

 

  1. Evaluez l’entreprise

Certainement le point le plus délicat, mais pour autant très important. Jusqu’à présent, lors de la phase de sélection de votre future entreprise vous ne connaissiez que la partie « visible » de l’iceberg. Il faut maintenant s’attacher à rentrer en profondeur pour en savoir plus sur ce qui sera peut-être dans peu de temps VOTRE entreprise. Evidemment l’évaluation d’une entreprise est une mission délicate, car elle va permettre de fixer principalement le prix du rachat. Il est important de la rendre la plus juste possible pour ne pas surévaluer l’entreprise au risque de perdre de l’argent.

Au-delà de fixer le prix, l’évaluation d’une entreprise va permettre de juger de sa rentabilité, de sa situation économique, juridique, de ses ressources (humaines, matérielles et financières)… Vous allez également apprendre à connaître la concurrence, le positionnement, le potentiel de développement et de nombreux autres aspects indispensables avant de vous engager plus longuement.

A ce moment-là de vos négociations il est fortement conseillé de vous déplacer et de vous rendre sur place, dans l’entreprise, pour voir son fonctionnement, ses process et voir si la réalité est conforme à ce qui vous a été dit.

 

  1. Trouvez le financement de votre projet

Maintenant que vous avez une vision élargie de l’entreprise qui vous intéresse, vous vous sentez apte à faire une proposition de reprise. Se pose la question du financement de votre projet. Comment allez-vous racheter cette entreprise ?

Généralement les repreneurs possèdent un certain capital qu’ils souhaitent investir dans leur entreprise. Parfois ce capital à lui seul ne suffit pas (et il n’est pas non plus conseillé d’utiliser la totalité de ce capital) et vous devez trouver des options complémentaires.

  • Le prêt bancaire : La solution la plus connue. Faire appel à une banque pour vous aider dans votre projet de reprise est une des options les plus fréquentes. Mais attention, aujourd’hui les banques sont de plus en plus frileuses et exigent généralement un apport minimum de 30% du montant total.
  • Le crédit-vendeur : Lorsque le cédant de l’entreprise est prêt à aider le repreneur dans son projet. Il s’agit d’un échelonnement des paiements s(sur une partie de la transaction). Dans ce cas il y a de fortes chances que le prix de la vente soit plus élevé étant donné que le cédant prend une part de risque.
  • Les investisseurs privés : Une solution envisageable lorsque le montant de la transaction est élevé et que les possibilités de rendement sont intéressantes, vous pouvez faire appel à des investisseurs privés ou des business angels. Mais attention, dans ce cas, vous aurez de nouveaux associés dans votre projet.
  • Le financement participatif : Avec l’avènement d’internet, les plateformes de financement participatif apparaissent tous les jours et il est très simple de tenter votre chance. Ne misez pas tous vos espoirs sur ce type de financement ou vous risquerez d’être déçu.

Mais avant de choisir un ou plusieurs modes de financement, assurez-vous de bien définir vos besoins. Il y a bien évidemment le coût du rachat en lui même, mais pensez à inclure tous les besoins annexes : BFR, investissement, salaires …

 

  1. Négociez et signez la reprise

Il paraît peut probable que vous vous positionniez sur une entreprise sans emmètre de négociation sur les conditions ou sur le prix. Même si cette négociation ce commence dès le départ de vos échanges avec le cédant, il est conseillé voir indispensable de rédiger une lettre d’intention qui marquera officiellement le début de vos négociations.

Cette lettre ne vaut pas comme un acte de vente ou comme un contrat, il s’agit simplement de formaliser officiellement l’intention d’achat et les conditions que vous souhaitez. Pour mettre toutes les chances de votre côté et encourager le cédant à accepter votre demande, il est conseillé de s’intéresser aux motivations et aux attentes de votre interlocuteur.

 

  1. Finalisez avec un véritable audit

A ce moment là, après avoir émis une lettre d’intention au vendeur, la loi vous permet d’avoir accès à l’intégralité des informations de l’entreprise. A ce moment-là, il est impératif de faire appel à un professionnel aguerri en la matière. Chez AFEX nous réalisons des audits d’acquisition avant le rachat définitif. Cet audit va permettre de valider avant la transaction finale, la réalité économique de l’entreprise et les risques potentiels.

L’audit permet de déterminer des éléments essentiels : savoir si la comptabilité est bien tenue, juger de la véracité des actifs et des passifs, analyser la rentabilité, contrôler la partie sociale avec l’analyse des bulletins de paie, suivre les déclarations fiscales pour voir si tout est en règle (impôts, TVA, URSSAF..)

 

A l’issu de ces 6 étapes, si vous êtes toujours convaincu par la société que vous avez sélectionnée, il sera temps de conclure la cession. Vous serez donc officiellement le repreneur de cette société.

Vous l’aurez compris, ce processus de reprise peut prendre plusieurs mois, il est donc important de ne pas se précipiter et de bien analyser tous les points ci-dessus.

N’hésitez pas à contacter nos experts comptables si vous avez des envies de reprise d’entreprise.