En tant que chauffeur de taxi vous n’êtes pas sans savoir qu’il existe des statuts bien différents pour exercer votre profession. Mais connaissez-vous réellement les différences entre ces statuts ? Et pour les personnes qui veulent se lancer dans l’aventure, quel statut devez-vous choisir ? Chez AFEX nous accompagnons les professionnels du transport et les taxis depuis plus de 20 ans, alors nous allons vous aiguiller.

 

Un métier, trois statuts, comment choisir

Avec des horaires parfois décalés, une concurrence de plus en plus grande avec l’arrivée des VTC et un salaire pas toujours à la hauteur du travail fourni, être chauffeur de taxi n’est pas un métier simple. A cela s’ajoute la question de savoir quel statut juridique choisir pour exercer son activité de chauffeur de taxi. Le décret du 17 aout 1995 ouvre 3 statuts de chauffeurs possibles :

 

Etre chauffeur de taxi salarié

Dans ce premier cas, les chauffeurs sont rattachés à une société de taxi qui les emploie pour exercer leur métier. A noter que dans ce cas, le chauffeur de taxi salarié perçoit une rémunération mensuelle qui peut varier entre 1000€ et 3000€ par mois comme le rapporte Pascal Wilder président de la fédération du Rhône des taxis indépendants. La rémunération se compose généralement d’une base fixe à laquelle vient s’additionner un certain pourcentage du chiffre réalisé au compteur.

Ce statut peut être la solution idéale pour les novices qui veulent « tester » le métier. Avec peu de contraintes administratives et juridiques, le statut de salarié est idéal pour commencer.

 

Etre locataire d’une licence de taxi

Les chauffeurs qui optent pour cette formule doivent s’acquitter d’un loyer mensuel pour exercer leur activité en tant qu’indépendants. Ce loyer comprend généralement :

  • la mise à disposition d’un véhicule
  • l’entretien
  • l’assurance.

Dans ce type de statut, le professionnel est considéré comme un indépendant et doit lui-même payer ses charges sociales. Bien que soutenu par une franchise ou un groupe, le chauffeur n’en reste pas moins libre d’exercer son activité comme il l’entend. La rémunération dépend donc du travail réalisé et peut varier d’un mois sur l’autre. En général, la location d’une licence de ce type s’élève à 3600€ sur Paris et la région parisienne et diminue en province avec par exemple 2800€ pour Lyon.

Le locataire d’une licence de taxi doit impérativement s’inscrire au CFE du centre des impôts de son domicile.

 

Etre artisan taxi

Certainement le cas le plus fréquent, devenir artisan taxi donne une complète liberté aux chauffeurs. Seule difficulté, l’achat d’une licence dont le prix dépend de la région d’exécution de l’activité. Petite surprise, Paris ne se hisse pas en tête des villes les plus chères pour l’achat de cette licence de taxi avec son coût moyen de 190000€. La ville la plus chère de France est Nice avec un prix de licence de 250000€.

Etre titulaire d’une licence de taxi a de nombreux avantages comme certains inconvénients. Au moment d’arrêter son activité pour un départ à la retraite, une envie de changement ou qu’importe la raison, le propriétaire de la licence est en mesure de la céder à quiconque souhaitant lui racheter. Attention tout de même à l’imposition de la cession de licence.

 

Quel est le meilleur statut pour un chauffeur de taxi ?

Avant de vous laisser espérer une réponse simple qui pourrait vous éviter une longue réflexion, nous sommes au regret de vous dire qu’il n’y a pas de solution mieux qu’une autre. En réalité le choix de votre statut de conducteur de taxi dépend de plusieurs variables :

  1. Quelles sont vos attentes: rémunération, horaires de travail, lien de subordination…
  2. Quelles sont vos possibilités locales : certains départements n’offrent pas la possibilité d’être locataire d’une licence de taxi.

Si vous optez pour le statut d’artisan, vous serez totalement indépendant dans votre travail tout comme dans votre gestion administrative, fiscale, juridique et comptable. Rassurez-vous, nous pouvons vous accompagner dans toutes vos démarches et assurer la comptabilité de votre activité de taxi. Mais en contrepartie il vous faudra une certaine somme au démarrage pour acquérir une licence, un véhicule…

D’un autre côté, en choisissant de louer une licence, vous ne prenez que peu de risque financier, mais vous ne serez que partiellement indépendant.

 

Comment devenir chauffeur de taxi ?

Après avoir opté pour le choix de votre statut parmi les trois solutions présentées précédemment, hormis pour les salariés, vous devrez vous confronter à la réalité de la création d’entreprise.

Vous devrez choisir votre statut juridique (indépendant du statut de votre licence) : entreprise individuelle, société SARL, SAS… Il faudra également choisir votre régime d’imposition : micro ou réel simplifié pour les entreprises individuelles ou BIC ou IS pour les sociétés. Vous devrez choisir si oui ou non vous êtes assujetti à la TVA.

Un ensemble de formalités indispensables au bon démarrage de votre activité.

 

Avec trois statuts différents pour une même activité professionnelle, les chauffeurs de taxi doivent se poser les bonnes questions avant de démarrer leur activité. En cas de doute, demandez conseil aux différentes associations, fédérations ou à d’autres professionnels comme les experts comptables spécialisés dans les taxis.